Le format AMP : un an après son lancement

Cela fait un an que Google a lancé l’Accelerated Mobile Pages (AMP) en France pour alléger les pages et les rendre beaucoup plus rapides sur mobile.

Ce projet s’adressait aux médias, qui, en l’adoptant, pouvaient remonter tout en haut des résultats de Google sur mobile. Il a séduit de nombreux médias, mais quelques-uns étaient encore réticents.

Pour marquer ce premier anniversaire d’AMP, nous vous révélons quelques statistiques du nouveau format.

L’AMP gagne du terrain avec de nouveaux adhérents

L’AMP permet d’afficher quasi instantanément une page web, malgré un contenu riche sur mobile. Il réduit de façon considérable le temps de chargement d’un site, au grand plaisir des utilisateurs.

En effet, la vitesse de chargement est un critère à ne surtout pas négliger si vous souhaitez pérenniser votre activité et fidéliser une clientèle. Lorsque les connexions internet et les pages d’un site sont rapides, cela améliore la qualité du site et incite les visiteurs à faire une action.

C’est dans cette optique que de nombreux médias français ont opté automatiquement pour un format AMP.

En un an, le nombre des adhérents est passé de 13 à 25, soit la moitié des 50 sites listés. Les nouveaux adeptes sont : L’Express, Le Point, Au féminin, Pure People, Libération, Europe 1, Konbini, La Dépêche, Closer, Melty, Les Numériques, Francetvinfo, etc.

Toutefois, certains grands médias français refusent d’aller sur le format AMP.

Pourquoi certains sites hésitent à aller sur l’AMP ?

Un des problèmes vite pointé du doigt est intimement lié au fonctionnement même de ce format. Il s’agit de la perte d’autorité du nom de domaine, car c’est Google qui délivre les pages AMP depuis son cache et depuis une URL qui lui appartient (de type “www.google.fr/amp/www.sitedumedia.fr” et non de type www.sitedumedia.fr).

Ainsi, l’audience réalisée sur AMP n’est pas attribuée au média qui propose initialement l’article. C’est ce qui fait que le Figaro, par exemple, hésite à adhérer à ce format. Le site Le Monde partage également cette opinion. La question se pose si  ces sites n’ont-ils vraiment rien à y gagner. Même pas de l’audience ?

Vous souhaitez réduire la vitesse de chargement de votre site ? Confiez vos opérations à un professionnel compétent. Contactez l’agence Futur Digital.

Leave a Reply